135 ans après la conférence de Berlin : Message d’Élisée Héribert-Label ADJOVI

Bonjour Compatriote Africain!

En ce mercredi 26 Février 2020, je voudrais que nous nous félicitions d’être là, 135 ans après l’ignoble morcellement de notre continent, à l’issue de la conférence de Berlin,  le 26 Février 1885.

Oui, nous devons nous féliciter d’être là. Car, le but de cette « balkanisation » actée en plein cœur de l’Allemagne est de poursuivre, renforcer et parachever l’œuvre de la déshumanisation de l’homme noir, de l’Afrique, « Berceau de l’humanité », après 4 siècles d’esclavage, en « domptant » nos consciences et notre subconscient, de telle sorte à ce que nous soyons serviables et corvéables à souhait et tout ceci, avec notre propre adhésion, « volontairement » ou « involontairement ». Dans cette vision, la meilleure de nos ressources humaines, notre sol ainsi que notre sous-sol doit être en permanence mobilisée au service des « maitres » d’hier et d’aujourd’hui. Un bref aperçu de la colonisation en général, des deux grandes guerres mondiales en particulier et du néocolonialisme rampant qui se poursuit – mais dont les jours sont comptés, rassurez-vous! – sont là pour nous convaincre du grand « bien » que nous voulait et que nous veut encore l’Occident, dont le génie dans le mal aura atteint des proportions les plus inimaginables…

Au demeurant, l’Occident se demande encore comment il se fait que, malgré toute sa technologie et son « génie », l’Afrique humiliée, rabaissée, « violée » dans sa conscience, son être et son paraître, dispose aujourd’hui d’autant de ressources minières et de sols riches ainsi que d’une population nombreuse à majorité jeune, qualifiée et de plus en plus consciente des enjeux géostratégiques contemporains – 1,2 milliard en 2017, 2,5 milliards en 2050 voire 4,4 milliards en 2100. Autrement dit, si un homme sur six vit aujourd’hui en Afrique, plus d’un sur trois y vivrait dans un siècle. C’est pour cela ou à cause de cela que nous nous devons nous féliciter d’être là, témoins de l’histoire, en tant qu’héritiers dignes et fiers de nos illustres « Héros » de la résistance ; de ces hommes et de ces femmes qui ont payé le prix fort, leur sang, pour revendiquer notre droit à l’existence et à la vie, notre prééminence dans l’histoire de l’humanité. Car, que les Autres le veillent ou non, l’Afrique est le berceau de l’humanité.

Aujourd’hui, il est scientifiquement démontré, au-delà du sport et de la musique – où il semble sûrement plus crédible et « logique » de mettre en avant les Noirs, puisque l’émotion serait nègre et la raison Hélène -, qu’en dépit de toute la stratégie de démolition, de déstructuration et de déconstruction dont il a toujours été victime, l’homme noir a quantitativement et surtout qualitativement contribué à la science et aux techniques modernes. À travers Katherine JOHNSON, grande mathématicienne noire américaine de la NASA, morte il y a seulement quelques jours à 101 ans, nous saluons et rendons un vibrant hommage à tous ces savants africains et afro-descendants dont les découvertes ont changé le monde et facilité la vie de l’homme sur la terre.

Aujourd’hui, 135 ans après cette décision historique de l’Occident qui sèmera morts et désolation, je voudrais me réjouir de ce que nous sommes les « Témoins de l’an 2020 ». Car, cette décennie verra une Afrique fière, debout et prenant toute sa place dans le Concert des Nations. Et il y aura en cette année de « Nouveau départ pour l’Afrique », un signe décisif : LA LIBÉRATION DÉFINITIVE DU PRÉSIDENT LAURENT KOUDOU GBAGBO, DÉPORTÉ À LA HAYE, COMME NOS ANCÊTRES AUTREFOIS… POUR NOUS FAIRE TAIRE, EN NOUS FAISANT COMPRENDRE QUE C’EST AINSI QUE L’OCCIDENT FAIT À QUICONQUE CHERCHE À REMETTRE EN CAUSE LE STATU QUO DE BERLIN…Mais, les choses ont chang2 et les lignes bougent. Dans le spirituel, la nuit du dimanche 16 au lundi 17 Février 2020 a marqué la délibération et la libération sans aucune condition du Président Laurent KOUDOU GBAGBO et son Ministre Charles BLÉ GOUDÉ. Ce qui est décidé dans l’invisible va se manifester bientôt, à travers la décision des juges d’Appel de la CPI.

J’ai vu cette nouvelle accueillie avec une liesse populaire dans tous les villes et villages de l’Afrique ainsi que dans le séjour des morts, de la part des combattants de la liberté du peuple noir de la période des indépendances comme Sylvanus OLYMPIO, Patrice LUMUMBA, Thomas SANKARA, Martin LUTHER KING, Bob MARLEY, etc. J’ai reçu que la libération du fils de « Mama » (le nom du village du Président GBAGBO) sera plus glorieuse que celle de Nelson MANDELA. Laurent KOUDOU GBAGBO est allé à la Haye Président de la République et le mobile inavoué de sa déportation est bien l’insubordination et la remise en cause du statu quo de Berlin, qui donnait à la France le droit de disposer de l’Afrique francophone à sa guise. Sa libération va signer le renouveau de l’Afrique, et ce ne sera pas une œuvre humaine. Bientôt, il ne sera plus possible à la France et aux autres pays occidentaux de disposer de l’Afrique comme ils l’entendent. Car, ils vont diminuer et descendre de leur piédestal à partir de la libération de Laurent KOUDOU GBAGBO, et l’Afrique va engager son ascension fulgurante et rapide. Ce qui va se passer avec la libération de Laurent KOUDOU GBAGBO sera du jamais vu en Afrique et cela va créer « LE RÉVEIL SPIRITUEL » sur le continent. Laurent KOUDOU GBAGBO n’est plus seulement un fils de la Côte d’Ivoire, mais une figure emblématique, une icône africaine. Ce qui va se passer va faire renaître l’Afrique de ses cendres et faire trembler le monde, à commencer par l’Occident.

C’est le moment de le dire. Tout ce qui s’est passé à Abidjan du 25 Mars 2011 – où le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté la Résolution 1975 engageant l’intervention armée contre le régime du Président Laurent KOUDOU GBAGBO – au 11 avril 2011, jour de son arrestation, en passant par le 31 Mars, début des combats à Abidjan, a été voulu par LE SEIGNEUR pour solder les comptes du passé. Ceux qui disent que GBAGBO aurait pu éviter ça ont raison dans le rationnel, mais ont tort dans le spirituel et n’ont pas compris qu’il était appelé à se sacrifier pour la Côte d’Ivoire et l’Afrique. Il y a bien des choses à dire à ce sujet et qui impliquent bien des acteurs vivants et morts, y compris feus Président Félix HOUPHOUËT BOIGNY de Côte d’Ivoire et Thomas SANKARA du Burkina Faso. Le sang de l’innocent crie vengeance. Mais alors, le régime d’Abidjan doit maintenant jouer serré. L’humilité et la prise en compte exacte de l’état de retournement des situations qui est en train de prendre corps à la Haye éviteront à la Côte d’Ivoire la répétition de l’histoire.

Le 11 Avril 2020, veille de Pâques, ce sera le 9ème anniversaire de l’intervention directe et éhontée de l’impérialisme français, sous le parapluie de la communauté internationale,  pour déloger un Président gênant et trop fier de son identité africaine. Il ne faut pas en vouloir à la France, ni à la rébellion ivoirienne, ni aux Nations Unies qui, ce faisant, ont sonné le glas d’un modèle occidental arrivé à son apogée et bien obligé de faire, à visage découvert, ce qui a souvent été géré en sous-traitance.

Aujourd’hui, 135 ans (1 + 3 + 5 = 9) après le partage de l’Afrique, Mercredi des cendres chez les Catholiques – où il est question de se laisser conduire par LE SAINT-ESPRIT pour entrer dans le désert pour un carême de 40 jours, dont on sortira revêtu de LA PUISSANCE D’EN-HAUT -, jour succédant à la première nuit du mois lunaire de Rajab dans le calendrier islamique – nuit où il est convenu que les invocations qui y sont faites sont exaucées – et départ du dernier mois spirituel chrétien qui va prendre fin 10 jours avant Pâques -, l’Afrique est en train de relever la tête. Car, si la nuit a longtemps duré, nous sommes à l’aube d’une Afrique nouvelle. Mais, contrairement aux idées reçues, si les États-Unis ont pris 50 ans pour rattraper leur retard sur l’Occident, c’est qu’il y a une PUISSANCE derrière l’Évangile. Ce n’est pas faux que l’Occident a utilisé la fausse évangélisation pour nous coloniser et nous spolier. Mais, il se rend bien compte aujourd’hui que cela peut se retourner contre lui. Car, il y a une autre génération qui est en train d’émerger et qui ne se contente pas d’aller chauffer les bancs de l’église, mais qui croit en LA PUISSANCE ILLIMITÉE DE L’ÉVANGILE DU CHRIST, lorsqu’on recherche, découvre et s’approprie le MYSTÈRE caché derrière la croix du Golgotha.

En vérité, en vérité, les « Témoins de l’Évangile de 2020 » savent que ni l’intégration des réseaux obscurs, ni le retour aux religions endogènes ne va sauver l’Afrique des griffes de l’Occident. Bien au contraire ! Les intellectuels qui sont dans ces sectes sont esclaves de leurs maîtres occidentaux-centrés et servent leur cause, et il y a longtemps que le monde occidental a apprivoisé le cultuel africain. Car, avant de tomber sous la domination physique de l’Occident, l’Afrique est d’abord tombée spirituellement. Si l’Occident n’était pas venu changer le cours de notre histoire, nous allions naturellement découvrir le MESSAGE AUTHENTIQUE DU SALUT EN CHRIST tôt ou tard et nous allions l’adopter facilement. Car, à bien des égards, cela est proche de notre culturel. Aujourd’hui, nous n’avons plus le temps de retourner à un passé souillé, galvaudé, dépouillé de son caractère pur et « innocent ».

AVEC L’ARME DE L’ÉVANGILE DU CHRIST,  DANS SON AUTHENTICITÉ ET QUI NE VIENT PAS DE L’OCCIDENT – PRÉCISONS-LE -, L’AFRIQUE VA RATTRAPER ET SURPLANTER L’OCCIDENT. CAR, L’AFRIQUE A UNE ÂME ET CETTE ÂME NE VA MANIFESTER LA PLÉNITUDE DE SA SPLENDEUR QU’EN EXPÉRIMENTANT LA PURETÉ DE L’ÉVANGILE DU CHRIST QUE L’OCCIDENT N’A JAMAIS PU VÉRITABLEMENT EXPÉRIMENTER. LE TEMPS VIENT ET IL EST DÉJÀ LÀ, OÙ L’AFRIQUE VA ENSEIGNER AU MONDE OCCIDENTAL ET À L’HUMANITÉ ENTIÈRE LE VRAI MESSAGE DE L’ÉVANGILE. C’EST ALORS QUE LE SOLEIL DE L’AFRIQUE BRILLERA SUR LE TOIT DU MONDE. LA LIBÉRATION DÉFINITIVE DU PRÉSIDENT GBAGBO SERA LE DÉBUT DE CE PROCESSUS. C’EST UNE QUESTION DE JOURS ET C’EST UNE QUESTION DE SEMAINES. UNE SEULE CERTITUDE : LA NOUVELLE ANNÉE SPIRITUELLE QUI S’ANNONCE VERRA LE SOLEIL DE LA CÔTE D’IVOIRE ET DE L’AFRIQUE POINDRE À L’HORIZON. NOS AÎNÉS CONTEMPLENT D’ORES ET DÉJÀ LA GLOIRE RESTAURÉE DE L’AFRIQUE. ET CETTE GÉNÉRATION VERRA CHRIST ÉLEVÉ COMME UN ÉTENDARD SUR LE BÉNIN, SUR LA CÔTE D’IVOIRE, POUR ENVAHIR L’AFRIQUE ET LE MONDE. ALORS, LE MONDE CONNAÎTRA LE MESSAGE DE L’AMOUR, QUI TROUVE SON PLAISIR DANS LE SERVICE RENDU AUX AUTRES  ET VOUS COMBLE PAR RICOCHET. IL EN SERA AINSI.

VIVE L’AFRIQUE RESTAURÉE PAR L’ÉVANGILE DU CHRIST, LE SOLEIL DE JUSTICE ET LE PRINCE DE LA PAIX!

 

Élisée Héribert-Label ADJOVI

Journaliste – Spécialiste des Questions Internationales

et Écrivain / Gouverneur du magazine panafricain « Le Label Diplomatique »


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *