Critiqué pour avoir battu campagne pour Faure : Eric MC flingue ses détracteurs et se justifie

« Adja Monfô » qui bat campagne pour Faure Gnassingbé ! L’information appuyée par des images a suscité une véritable polémique sur la toile et des tirs nourris à l’encontre de l’artiste. A raison sans doute lorsqu’on sait qu’il est l’un des plus engagés contre le régime en place  et il y a à peine deux ans encore, il chantait contre un quatrième mandat de celui pour qui il bat actuellement campagne. Faut-il le rappeler, il était l’un des initiateurs du Mouvement des artistes engagés du Togo (MAET) qui s’était illustré au cours des récentes manifestations de contestation d’août 2017 à février 2018. Eric MC (photo) a réagi à ces attaques contre sa personne. Dans un message dit à la jeunesse togolaise et qui porte également les sceaux d’un autre artiste attaqué, Slapa Fire, il justifie son retournement de veste (sic) par…l’inconstance de l’opposition togolaise qu’il désigne de « personnes…perdues ». Le combat d’hier mené aux côtés de l’opposition, l’artiste trouve que ce n’était pas le bon. Lire le message.

 

MESSAGE A LA JEUNESSE TOGOLAISE

 

NOUS NE SOMMES PAS OBLIGÉS de SUIVRE des PERSONNES qui sont elles-mêmes PERDUES.

Nous tenons à présenter nos sincères excuses au peuple togolais pour l’avoir incité à nous suivre sur un  chemin radical.

Personnellement, nous nous sommes investis corps et âme dans ce combat et nous nous rendons compte aujourd’hui que ce n’était pas la bonne solution.

Nous comprenons  toutes les personnes aujourd’hui  qui peuvent être déçues, s’indignent et surtout continuent à être passionnés ; cela prouve la place que nous occupons dans vos cœurs.

Il y a quelques mois passés, on aurai réagi de la même façon parce que nous aurions considéré comme une trahison tout acte n’allant pas dans le sens de la passion populaire qui nous habitait.

Nous demandons à toutes ces personnes de prendre un peu de recul, de dépassionner le débat et elles comprendront qui les a réellement trahies.

Nous nous sommes dit pas d’élections sans réformes, parce qu’il n’y a aucune chance de victoire à travers des élections au Togo.

Mais que voit-on?

Ceux-là mêmes qui nous incitaient aussi à manifester dans les rues, sont là à faire campagne : « votez pour moi !!! ».

Paisiblement, tranquillement, comme si tout ce qui s’était passé n’est rien (tous ces morts, blessés, estropiés, réfugiés et prisonniers, les attaques physiques contre les artistes engagés).

Ça fait 30 ans que nous tournons en rond.

Gilchrist Olympio lui-même à un moment, a sagement compris que nous devrions nous mettre ensemble, discuter et  s’entendre pour construire notre pays.

Hélas nous n’avions pas compris cela en ce moment.

Aujourd’hui, mieux tard que jamais.

Dans quelques années quand le leader de l’opposition actuelle comprendra s’être trompé, il y aura un autre dauphin qui l’accusera de trahison et prendrait sa place ; ainsi le cycle reprendra, on tournera toujours en rond.

La seule chose est comment faire avancer notre pays quel que soit celui qui le dirige

C’est légitime d’avoir des ambitions présidentielles ; mais ça doit être dans le seul but de proposer un chemin pour le développement de la nation et l’épanouissement de son peuple.

Nous devons redonner à la politique son vrai sens qui est loin de ce que nous voyons chez nous.

La jeunesse doit avoir des ambitions nobles, devenir des agriculteurs, ingénieurs, médecins, professeurs, etc. Pas seulement des politiciens parce qu’ils sont les seuls à s’en sortir.

Pendant des années, nous leur avons garanti un salaire en votant pour eux.

Les bonnes questions que nous devons nous poser sont celles-ci :

Qui souffre de cette situation ?

Nos politiques font quel travail?

De quoi  vivent-ils?

Leurs enfants sont-ils chômeurs ?

Qui meurt dans les troubles ?

Où sont leurs enfants?

Vont-ils à l’école EPP comme les nôtres?

Mes chers confrères collègues Artistes Engagés, nos sincères salutations et excuses à votre endroit pour l’aventure non aboutie dans la rue (depuis le Collectif Y en a marre, CST, C14, MAET). Avec le temps, vous aussi comprendriez.

Le leader doit être une boussole qui donne au peuple la bonne direction ; nous ne sommes pas obligés de suivre des personnes qui sont elles-mêmes perdues.

Adja n’a pas changé.

Togolais viens, bâtissons la cité.

 

ERIC MC / SLAPA FIRE


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *