Deux Présidents déjà connus

Ils sont sept (07) candidats en lice, six (06) de l’opposition à pavlover à l’idée de poser les fesses sur le fauteuil présidentiel occupé depuis quinze ans par Faure Gnassingbé. Tous draguent l’électorat depuis jeudi à zéro heure, dans le but d’être l’heureux élu au soir suite à l’élection. Même si beaucoup sont dans l’illusion et se trompent. Une élection, c’est comme un concours, une compétition à l’issue incertaine. Au Togo des Gnassingbé et de la minorité pilleuse, il faut être dans le secret des dieux pour le savoir. Mais le scrutin du 22 février a cette particularité de livrer déjà deux Présidents. En fait, c’est ainsi qu’ils se croient.

D’abord le candidat bleu. On le sait, lui il ne perd jamais à une élection à laquelle il participe. L’adage dit d’ailleurs que sur le « continent de merde », on ne perd jamais une élection qu’on organise soi-même. La campagne n’a même pas encore commencé avant que ses missi dominici ne commencent à revendiquer sa victoire. De Gilbert Bawara à Christian Trimua en passant par le plus sage (sic) des militants Charles Kondi Agba, on le voit gagner sans coup férir, et ce au premier tour. Bawara dira qu’il s’est levé avant le chant du coq, c’est-à-dire tôt, occultant l’avance indue qu’il s’est donnée avec tous les moyens non conventionnels et la triche. D’ailleurs il n’y a pas le mot défaite dans son vocabulaire.

Mais Faure Gnassingbé devra composer avec un autre candidat. Ce n’est pas son challenger habituel des dernières élections, Jean-Pierre Fabre. Celui qui, lui aussi, se voit déjà vainqueur du scrutin, c’est…Agbeyome Kodjo, le candidat unique de Mgr Philippe Fanoko Kpodzro. « Je suis sûr que le 22 au soir, il y aura alternance ». Ces propos optimistes tenus sur une radio de la place la veille, il les a réitérés le 7 février, au lancement officiel de sa campagne. « Agbey » et les membres de sa dynamique étaient trop sûrs de sa gagne, et ce au premier tour. Il n’y aura donc pas de second tour. « Alternance, c’est 20-20 ! Agbeyome Kodjo, Président ! », tel est le slogan de sa campagne. C’est en vainqueur et Président du Togo que le gars a été célébré par des militants et sympathisants hystériques ce vendredi-là dans le foyer de la paroisse Nyékonakpoè de l’Eglise évangélique presbytérienne du Togo où avait eu lieu la cérémonie.

Bon, tous les autres candidats aussi se font souvent appeler Président. C’est visible sur les posters géants et autres affiches. Mais Agbeyome Kodjo est le plus décidé de tous. Sans le dire ouvertement, il pense aussi à un coup K.O. A en croire ses propos, déjà même à midi le 22 février, il est capable de dire aux populations qu’il a gagné. Faure Gnassingbé est prévenu, il doit même trembler parce qu’Agbeyome Kodjo est dans la place…

 

 


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *