Home Infrastructures EBOMAF : La mise au point du PDG Mahamadou BONKOUNGOU sur une polémique en Guinée

EBOMAF : La mise au point du PDG Mahamadou BONKOUNGOU sur une polémique en Guinée

by Le tabloid

Le Groupe EBOMAF (Entreprise Bonkoungou Mahamadou et fils) célèbre ses trente (30) ans d’existence. Dans ce cadre, le PDG était en conférence de presse sous-régionale le samedi 2 octobre dernier à Ouagadougou au Burkina-Faso. Au cours de cette rencontre à laquelle ont pris part plusieurs journalistes de l’espace ouest-africain, des questions tous azimuts ont été posées à Mahamadou BONKOUNGOU. Parmi elles, une polémique sur ses rapports conflictuels avec l’Etat guinéen et des accusations de profiter de passe-droits. Occasion pour le premier responsable de cette entreprise panafricaine de travaux publics, de faire une mise au point.

« Les différents engagements souscrits par l’Etat de Guinée Conakry avec le groupe EBOMAF n’ont pas été respectés, y compris avec Son Excellence le Prof Alpha Condé. Et c’est ce qui a entrainé le retrait pur et simple du groupe EBOMAF de la Guinée », a indiqué le patron d’EBOMAF. Et d’ajouter : « S’il faut chercher à porter plainte, c’est la compagnie d’affaire LTI qui doit poursuivre la Guinée pour des factures impayées. Et EBOMAF doit accuser le gouvernement Condé de non-respect de ses engagements pour les travaux de Kankan -Kissidougou. Le gouvernement a délibérément et unilatéralement re-signé un autre contrat à la société GUITER appartenant à un Guinéen sur le même projet, alors que cette société n’avait pas l’expérience ».

Cette sortie aura donc servi à recadrer l’opinion guinéenne gavée d’allégations de toutes sortes, en toute ignorance du vrai fond de ce dossier. Il nous revient qu’à ce jour, le contrat entre l’Etat guinéen et EBOMAF n’a jamais été résilié, mais l’entreprise a été obligée de libérer le plancher. Le PDG aurait, à plusieurs reprises, interpellé le gouvernement sur cette situation ; mais en face, c’était la sourde oreille. Comme sanction (sic) de la nature, l’entreprise guinéenne à qui les travaux ont été confiés, n’a pas pu les réaliser.

Cette conférence de presse a également permis au PDG d’EBOMAF de préciser la nouvelle stratégie du groupe depuis 2007 dans la recherche de financement et  la réalisation de projets routiers. En tant que panafricaniste, ses réflexions l’ont poussé à promouvoir le partenariat public-privé pour financer autrement les projets urgents et aider les pays africains à voler de leurs propres ailes, et de ce fait alléger la souffrance des chefs d’Etats. A travers cette stratégie unique et propre à EBOMAF, beaucoup de pays ou de gouvernements ont réussi à répondre aux besoins de leurs populations.

« Nous (le Groupe EBOMAF, Ndlr) nous ne venons pas les pays pour répondre aux appels d’offre que ces pays peuvent être amenés à lancer parce qu’ils ont déjà des fonds dédiés à ces travaux, nous venons lorsque nous apprenons qu’un Etat veut fait une route et n’a pas les moyens de mobiliser les fonds ; nous venons proposer à cet Etat notre possibilité de mobiliser les fonds, d’exécuter la route et à partir de ce moment, l’Etat rembourse sur un certain nombre d’années la créance », a rappelé Mahamadou BONKOUNGOU pour la gouverne de ses détracteurs.

Saisissant l’opportunité de cette rencontre-bilan des 30 ans d’EBOMAF, le PDG a appelé la presse africaine à soutenir ses fils entrepreneurs qui arrivent à défier les stratégies obscurantistes visant à bloquer le développement du continent. L’Afrique a le droit de se développer comme les autres continents, croit-il dur comme fer.

 

 

 

Related Posts

Leave a Comment

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00