Echos du scrutin dans la diaspora : Les Togolais des USA dénoncent des « élans de fraudes »  

La diaspora togolaise aux Etats-Unis, dans une déclaration signée de son Coordinateur Général Timothée Doe (photo) et datée du vendredi 21 février, soit la veille du vote ce samedi, a dénoncé « l’obstination du gouvernement togolais à poursuivre le processus électoral dans les 6 pays de la diaspora (USA, France, Nigeria, Gabon, RD Congo et Maroc) ». Selon la loi, il faut au moins trois cent (300) électeurs pour ouvrir un bureau de vote au sein de la diaspora, et il se faut qu’à la suite du recensement organisé dans les ambassades des pays précités, seulement le total de trois cent quarante-huit (348) électeurs a été enregistré et « aucun des pays n’a pu enregistrer le nombre minimum de 300 électeurs requis à cet effet ». « Le vote ne devrait pas avoir lieu dans toute la diaspora togolaise», a relevé ce regroupement d’une quinzaine d’organisations des compatriotes vivant aux Etats-Unis d’Amérique. Et de les appeler à faire massivement le déplacement devant l’ambassade du Togo à Washington D.C, ce samedi 22 février 2020 à partir de 6h (heure de New York), pour « arrêter cet élan de fraudes électorales ici aux Etats-Unis ». Ci-dessous la déclaration.

DECLARATION

Unicité Diaspora USA constate avec un grand mépris l’obstination du gouvernement togolais à poursuivre le processus électoral dans les 6 pays de la diaspora (USA, France, Nigeria, Gabon, RD Congo et Maroc).

Considérant que le 6 novembre 2019, l’Assemblée Nationale a amendé le code électoral de 2013 pour autoriser les Togolais à l’extérieur à voter pour les élections présidentielles de 2020.

Considérant que le conseil des ministres du 13 novembre 2019 dirigé par le président de la République Faure Gnassingbé a pris un décret fixant les pièces à fournir pour l’enrôlement des électeurs par la Commission électorale d’ambassade indépendante (CEAI).

Considérant que le même décret du conseil des ministres du 13 novembre 2019 a fixé le nombre minimum de 300 Togolais inscrits sur la liste électorale des ambassades avant toute ouverture d’un bureau de vote.

Force est de constater qu’à la suite du recensement de 3 jours organisé dans les ambassades des pays précités, seulement le total de 348 électeurs a été enregistré. Par conséquent, le vote ne devrait pas avoir lieu dans toute la diaspora togolaise, puisqu’aucun des pays n’a pu enregistrer le nombre minimum de 300 électeurs requis à cet effet. Par exemple, 30 personnes ont pu obtenir leurs cartes d’électeur aux Etats-Unis d’Amérique.

En conséquence, Unicité Diaspora USA dénonce avec la dernière rigueur le fait que le gouvernement, garant des lois de la République, soit le premier à les violer pour des fins de fraudes électorales en vue de se maintenir au pouvoir après cinq décennies de règne sans partage du père en fils.

Unicité Diaspora USA met en garde la CENI et la CEAI suite au constat des dispositifs d’entrave devant l’ambassade du Togo à Washington D.C ce 21 février 2020 qui ne donne pas une impression d’un processus électoral libre et transparent respectant les normes internationales.

Cependant, Unicité Diaspora USA se réserve le droit de poser des actes contre toute tentative de fraudes sur le sol américain afin de restaurer la transparence le jour du vote. Le régime de Faure Gnassingbé et son père est ouvertement reconnu à toujours utiliser les astuces frauduleuses depuis 1963 en vue de se maintenir au pouvoir.

En fin, Unicité Diaspora USA appelle tous les compatriotes togolais, épris de liberté et soucieux de l’alternance au sommet de l’Etat, à faire massivement le déplacement devant l’ambassade du Togo à Washington, D.C demain, le 22 février, 2020 à partir de 6h (heure de New York) pour arrêter cet élan de fraudes électorales ici aux Etats Unis.

Fait aux USA, le 21 février, 2020

Timothée Doe

Le Coordinateur


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *