Il se blinde de…femmes

La décision, rendue publique lundi en début d’après-midi, a fait l’effet d’une bombe et est depuis dans toutes les bouches. Certains ne sont pas encore descendus de leurs nuages. Mme Victoire Tomegah-Dogbe, caricaturent par certains de « Mme Développement à la Base », nommée Premier ministre. Une première au Togo.

Loin de tout cliché politique, la nouvelle enchante énormément les femmes. Elles qui y voient la reconnaissance de leurs compétences, une promotion de la gent féminine par Faure Gnassingbé et l’acclament à rompre leurs phalanges.  Si seulement ces femmes pouvaient voir le cœur de tout le monde !

Nicolas Lawson alias Fo Nico ne doit pas pardonner au « Prince » ce choix, lui qui a réclamé ouvertement et publiquement la Primature pour redresser le pays (sic). En ce moment, « apé frère, olé comprends ? » doit être en train de chercher les mots les plus durs du dico pour mitrailler Faure Gnassingbé au cours d’une émission radio. Il doit s’attendre à une fatwa dans ces jours-ci de la part du patron du Parti du renouveau et de la rédemption (PRR) pour ne l’avoir pas choisi…

Quid de Tchassona Traoré ? Une terrible campagne médiatique digne d’un candidat à la présidentielle américaine a eu lieu en sa faveur pour sa nomination à la Primature. Dans des articles sur des sites et autres posts sur les réseaux sociaux, toutes les qualités du patron du Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD) ont été vantées.  A un moment donné, cela devenait presque une agression médiatique. Mais cette campagne n’a pas convaincu l’occupant du Palais de la Marina à le choisir.

Bien d’autres noms ont aussi circulé. Certaines mauvaises langues  racontent que Selom Komi Klassou aurait bien voulu faire un 3e mandat au poste bien qu’étant le PM ayant le plus duré à la Primature. Mais Klassou, Faure dispose. Même le coronavirus et l’état d’urgence sanitaire qui arrangeaient ses affaires n’ont pas pu le sauver cette fois-ci.

Qu’à cela ne tienne, loin de ces considérations, un fait saute aux yeux : le « champion » est en train de se blinder de femmes. Yawa Tsegan à la présidence de l’Assemblée nationale, Victoire Tomegah-Dogbe à la Primature, ce sont les deux plus grandes institutions de son pouvoir qui sont entre les mains des femmes.

Au Palais de la Présidence même, le Secrétariat Général est occupé par une femme. Sandra Ablamba-Johnson a été aussi nommée lundi, en remplacement de Patrick Daté Têvi-Bénissan décédé récemment. A la communication, il y a Yawa Kouigan au poste de Directrice-adjointe.  A côté et bien implantée, la Béninoise Reckya Madougou, conseillère spéciale avec rang de ministre, Ingrid Awade conseillère économique…

Ah oui, Faure Gnassingbe est bien entouré à la Présidence, il se bunkérise derrière une muraille de femmes. Où est son mal ? Les hommes sont trop machos, parfois incompétents, imprévisibles….

 

 

Related posts

Enfin une « autorité » malade au Togo !

Même Dieu n’y échappe pas !

Coronavirus, je te hais !