Home Société « Je sens que les gens se connaissent, se parlent, j’aime cet esprit de communauté », témoigne un expatrié sur son expérience à Lomé

« Je sens que les gens se connaissent, se parlent, j’aime cet esprit de communauté », témoigne un expatrié sur son expérience à Lomé

by Le Tabloid

Il est auteur québécois et est venu au Togo, dans le cadre de la 3e édition du projet La Fabrique de Fictions (lire ici :  https://letabloid.tg/la-fabrique-de-fictions-acte-3-francois-archambault-ouvre-le-bal-des-sorties-de-residence/). Et c’est sa toute première fois de fouler le sol africain. Lui, c’est François Archambault. Séduit par le rythme de vie et surtout le sens de la communauté expérimentés durant ces quelques jours passés à Lomé, il en témoigne.

« C’est ma première fois (de venir) en Afrique. Ça a été une espèce de choc culturel », avoue François Archambault, avant de se confier sur son expérience togolaise avec la communauté qui change énormément d’avec les habitudes occidentales : « J’ai été vraiment séduit par l’accueil des gens ici (…) J’aime le rythme de vie dans les rues, par sur les grands boulevards, mais dans les rues en terre battue. Je trouve qu’il y a une tranquillité, une paix ».

Le Québécois avoue qu’« il y a aussi un esprit de communauté ». « Je vis dans une maison, devant chez moi il y a une famille, un barbier, une maison de couture où il y a des femmes font des robes. Je sens que tous ces gens-là se connaissent, se parlent. J’aime cette espèce de sens de la communauté que j’ai senti chez vous », dit-il.

Durant la poignée de jours passés à Lomé, François Archambault a aussi senti, de par la nourriture, la musique qu’ils écoutent, les vêtements qu’ils portent, que les Togolais sont « un peuple très ancré dans la tradition».

Related Posts

Leave a Comment

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00