Home Bonne gouvernance La HAPLUCIA appelle au travers d’une caravane à dénoncer des faits de corruption

La HAPLUCIA appelle au travers d’une caravane à dénoncer des faits de corruption

by Le Tabloid

En prélude à la 8e Journée africaine de lutte contre la corruption observée ce jeudi 11 juillet, la Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA) a organisé, hier mercredi dans les rues de Lomé, une caravane. Objectif, sensibiliser les populations sur les méfaits de la corruption et les encourager à dénoncer, sans crainte de représailles, des faits (de corruption) dont elles ont connaissance.

Vue des autorités au départ de la caravane

 « La corruption est un acte occulte, il n’est pas toujours facile de la découvrir. Il faut certaines personnes courageuses qui ont connaissance de ces faits pour les révéler au jour et permettre aux autorités chargées d’enquêtes et de poursuites, de faire leur travail, mener des enquêtes, appréhender les auteurs, procéder au jugement et recouvrer les fonds objet de corruption. Et tout cela nécessité une collaboration des différentes couches de la population », a justifié Kimélabalo Aba, le Président de la HAPLUCIA, au départ de la caravane devant le siège de l’institution sis à Kégué.

« Pour permettre à ces populations de pouvoir dénoncer, il faut qu’elles prennent conscience des conséquences de la corruption (…) Et pour dénoncer, il faut que les personnes appelées à le faire, soient rassurées qu’elles seront protégées contre les représailles des personnes qui seraient dénoncées », a ajouté M. Aba.

Ebranlée du siège, la caravane a parcouru différentes artères de la ville de Lomé, au rythme de la sensibilisation sur les méfaits de la corruption et de l’appel à ne pas la tolérer. Ainsi les citoyens sont appelés à dénoncer des faits de corruption dont ils auraient connaissance, sans crainte de représailles, en appelant le numéro vert 8277.

La célébration de cette 8e Journée africaine de lutte contre la corruption, en rappel, est axée sur « Mécanismes efficaces de protection des lanceurs d’alerte : un outil essentiel dans la lutte contre la corruption ». Un thème en phase avec les dispositions pertinentes de la Convention de l’Union Africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption et les infractions assimilées (article 5.5) recommandant aux Etats parties de prendre les mesures administratives nécessaires et autres pour protéger les informateurs et témoins de ces faits, y compris leur identité.

Dans ce cadre, il se tient, cette matinée, une conférence-débat sur ce thème. Il s’agira de faire l’état des lieux sur la façon dont les dénonciateurs sont protégés au Togo, entre autres, et rassurer toutes les personnes pouvant avoir connaissance des actes de corruption de les dénoncer sans craintes de représailles.

Related Posts

Leave a Comment

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00