Home Société La ministre Apédoh-Anakoma exalte les efforts du gouvernement en faveur de la femme et remet des équipements et du matériel d’installation aux femmes et filles vulnérables

La ministre Apédoh-Anakoma exalte les efforts du gouvernement en faveur de la femme et remet des équipements et du matériel d’installation aux femmes et filles vulnérables

by Le Tabloid

Le gouvernement togolais a officiellement célébré, jeudi 21 mars 2024 à Kpalimé, la Journée internationale des droits de la Femme édition 2024 axée sur le thème « Investir en faveur des femmes : accélérer le rythme ». Accompagnée de ses collègues de l’Environnement et des Ressources forestières Katari Foli-Bazi et des Enseignements primaire, secondaire, technique et de l’Artisanat Pr. Komla Dodzi Kokoroko, la ministre de l’Action sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation a présenté les efforts de l’exécutif en matière de promotion de la femme. La cérémonie s’est déroulée au Lycée de Kpodzi, en présence des autorités locales, des représentants des organisations de défense des droits de la femme et des partenaires au développement.

Au Togo, en s’inscrivant dans la logique du renforcement des réalisations de ces dernières années en faveur de l’égalité des sexes et en tenant compte des priorités de l’heure, le gouvernement a choisi de placer les réflexions du 8 mars 2024 sous le thème : « Investir en faveur des femmes : renforcer l’inclusion financière et la représentation des femmes dans la vie publique et politique ». Le choix de ce thème permet au Togo de maintenir en éveil les réflexions sur la problématique de l’autonomisation économique et la participation de la femme à la vie publique et politique et d’intensifier les actions de renforcement des capacités à leur endroit. Le Togo s’est engagé à poursuivre la promotion de l’équité et de l’égalité de genre, l’autonomisation des femmes et leur participation effective à la prise de décision à tous les niveaux du processus de développement.

 

Cet engagement se traduit par de nombreux programmes et projets définis et implémentés pour la protection et la promotion des droits de la femme. Il s’agit de l’amélioration du cadre juridique et institutionnel à travers l’adoption d’un nouveau code pénal, de la révision du code des personnes et de la famille, de l’adoption d’un nouveau code foncier et de la révision de la politique nationale d’équité et d’égalité de genre, le tout assorti d’un plan d’action et d’un cadre institutionnel de mise en œuvre.

Dans le domaine de l’autonomisation économique, des mesures sont également prises et l’on peut notamment citer  la création, en 2013, du Fonds national de la finance inclusive (FNFI) dont la mise en œuvre jusqu’en 2023 a permis d’octroyer un million huit cent soixante crédits aux personnes à faibles revenus dont 72% aux femmes, pour un montant total de cent neuf milliards et demi de FCFA ; l’initiative présidentielle de réservation du quota de 25% de marchés publics aux jeunes et femmes entrepreneures ; le projet d’appui à l’employabilité et à l’insertion des jeunes dans les secteurs porteurs, qui a permis d’accompagner dans les chaînes de valeurs agricoles, 1420 jeunes entrepreneurs dont 15% de femmes ; le projet d’appui aux investissements agricoles des jeunes ayant permis de créer 8 308 emplois indirects dont 38% par les femmes ; le projet d’autonomisation des femmes rurales au Togo (PAFeRT) dont la mise en œuvre a permis d’acquérir du matériel de production et de transformation agricole aux groupements et coopératives de femmes ainsi que la réalisation de forages pour faciliter leurs activités de maraîchage.

Dans le domaine de l’amélioration du climat des affaires, la réduction de plusieurs taxes et la suppression d’autres permettent aux femmes d’entreprendre davantage en vue de leur autonomisation économique. S’agissant de la participation citoyenne, on note une évolution substantielle de la représentation des femmes dans les instances décisionnelles. Tous ces efforts ont permis au Togo de passer d’un score de 84,4 en 2021 à 88, 8 en 2023 puis à 97,5 en 2024 en matière de promotion du leadership féminin dans les instances de décisions, dans les entreprises et dans l’entrepreneuriat. Avec cette performance, le Togo occupe désormais la 1ère place en Afrique sur 53 pays et la 19ème au niveau mondial sur 190 pays, selon le rapport 2024 « Les Femmes, l’Entreprise et le Droit » du Groupe de la Banque mondiale dont le lancement a eu lieu le 8 mars 2024 à Lomé.

La ministre de l’action sociale, de la promotion de la femme et de l’Alphabétisation Mme Adjovi Lolonyo Apédoh-Anakoma a, au nom de toutes les femmes togolaises, rendu un hommage déférent au Chef de l’Etat Faure Gnassingbé pour son engagement en faveur de l’égalité des sexes et de la participation effective des femmes à la prise de décision au Togo.  Elle a également exprimé sa gratitude au Premier ministre Victoire Tomegah-Dogbe pour son leadership dont la qualité se reflète dans les résultats obtenus. Malgré cette évolution sensible, elle a reconnu que beaucoup d’efforts restent encore à faire et les efforts de mobilisation des ressources nécessaires pour l’investissement en faveur des femmes constituent un défi majeur pour l’Etat et pour les acteurs œuvrant pour la promotion de la femme.

Cette célébration a été marquée par la remise symbolique d’équipements au groupement Mawunyo de Womé, à la Sccops Protracom de Kpimé-Tomégbé et du matériel d’installation aux filles vulnérables. La ministre a invité les femmes togolaises à saisir toutes les opportunités que leur offre le Chef de l’Etat à travers les divers programmes du gouvernement pour renforcer leurs compétences dans tous les domaines et répondre présentes à tous les appels en faveur de l’action citoyenne au service du pays.

 

 

 

 

 

 

Related Posts

Leave a Comment

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00