Home Société L’AHVCD sensibilise les populations d’Adidogomé sur la canne blanche

L’AHVCD sensibilise les populations d’Adidogomé sur la canne blanche

by Le Tabloid

Les déficients visuels veulent plus de considération et d’aide de la part de la société. A l’occasion de la journée internationale de la canne blanche célébrée le 15 octobre de chaque année, l’Association des personnes handicapées visuelles pour la contribution au développement (AHVCD) a organisé, cet après-midi à l’entrée du marché d’Adidogomé Assiyéyé, une séance de sensibilisation sur l’importance de cet outil pour leur déplacement et l’attitude recommandée à l’égard de leur utilisateur.

« Cette sensibilisation est nécessaire parce que la plupart des gens ne savent pas comment aider les personnes handicapées visuelles. Nous la faisons pour pouvoir conscientiser la population à pouvoir tourner ses regards sur nous (…) Une fois que les gens voient une personne handicapée visuelle qui veut traverser la route, ils ne doivent pas s’éloigner d’elle, mais plutôt l’aider », a motivé Apollinaire Messagan Koffi, président de l’AHVCD.

A l’occasion, il a été fait une démonstration de l’usage de la canne blanche. Ce qui a permis à l’assistance de noter que lorsqu’elle est soulevée verticalement, cela signifie que l’utilisateur demande de l’aide pour traverser la route, trouver une moto, etc. Horizontalement, cela veut dire qu’il traverse la voie. Au-delà de la sensibilisation de la population, cette sortie a aussi permis à l’AHVCD de déconstruire les nombreux préjugés sur la canne blanche et leurs utilisateurs.

«D’aucuns disent qu’elle magique, nous parle, nous guide et nous montre la voie. Toutes ces affirmations sont fausses. La canne blanche n’est pas magique, elle ne nous parle pas ; seulement elle nous aide à détecter les obstacles et nous déplacer de façon aisée», a souligné Enyonam Tchotcho Koévé, membre de l’association. Et d’ajouter sur un autre cliché : « Une personne qui porte la canne blanche n’est pas une malédiction. Ce n’est pas une maladie qui est contagieuse ».

C’est une sorte de réhabilitation dans la société et de reconnaissance de leur potentiel de contribution au développement que les déficients visuels réclament.  « Très souvent quand on voit les personnes handicapées visuelles, on pense que ce sont des gens voués à la mendicité. Nous disons non ! Nous sommes autonomes et nous pouvons contribuer largement au développement de notre très cher pays le Togo », a indiqué M. Koffi. A raison sans doute car parmi ces membres de l’AHVCD, se trouvent des fonctionnaires, artisans, masseurs et autres.

Saisissant l’occasion, les responsables de l’association lancent un appel à subventions et soutiens de toute sorte afin d’acquérir une autonomie et leur intégration complète dans la société.

Related Posts

Leave a Comment

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00