Home Monde du Travail Le FONDESC entretient les travailleurs sur la protection des droits syndicaux et humains

Le FONDESC entretient les travailleurs sur la protection des droits syndicaux et humains

by Le Tabloid

Mercredi 1er mai 2024, journée commémorative du travail. Le Fonds de solidarité pour la promotion des droits syndicaux, humains et le développement économique, social et culturel (FONDESC) a marqué l’événement par une conférence de mobilisation et de sensibilisation des travailleurs au siège de la Fédération des travailleurs du bois et de la construction du Togo (FTBC Togo). Autour du thème « Rôle et responsabilité des organisations syndicales et de la société civile dans la défense et la protection des droits syndicaux et humains ».

Faisant l’historique du 1er mai, le Secrétaire Exécutif du FONDESC, Ayao Gbandjou a déconstruit la conception festive répandue au sein de l’opinion. A l’en croire, le 1er mai est devrait être une journée de bilan et de souvenir en mémoire des travailleurs tombés dans la lutte pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des travailleurs…« Le 1er mai n’est pas une journée de fête, c’est plutôt une journée de réflexion sur les conditions de vie et de travail, de bilan et de propositions, une journée d’action, de responsabilité  (…) Ce n’est pas une journée de tricot blanc ou de boisson », a indiqué M. Gbandjou.

 

Table d’honneur lors de la conférence

Sur le thème principal à savoir, « Rôle et responsabilité des organisations syndicales et de la société civile dans la défense et la protection des droits syndicaux et humains », présenté par Ambroise Kangni Sallah, l’assistant de Me Claude Amegan, Président du Conseil d’administration du FONDESC, il a été rappelé aux participants provenant des organisations syndicales et des structures d’économie sociale et solidaires de la FTBC, certains de ces rôles dont la sensibilisation et la formation des travailleurs, la mobilisation pour la défense des droits syndicaux et humains, la revendication des droits, la dénonciation des violations des droits des travailleurs, la création de structures d’économie sociale et solidaire…

Au terme de la rencontre organisée en collaboration avec la FTBC et Solifonds, les participants, après avoir élevé des constats de non-respect par le Togo ces dernières années des principales conventions de l’Organisation internationale du travail (OIT) à savoir la C.87 sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, la C.98 sur le droit d’organisation et de négociation, la C.135 concernant les représentants des travailleurs, la C.151 portant sur les relations de travail dans la fonction publique, la dégradation du pouvoir d’achat des travailleurs et travailleuses, entre autres, ont formulé des recommandations.

Ils prescrivent ainsi la prise de mesures fortes pour réduire la misère des travailleurs et atténuer les effets pervers de la cherté de la vie, la relecture du code du travail pour l’adapter aux conventions internationales, la révision de la convention interprofessionnelle avec relèvement du SMIG ainsi que les conventions sectorielles, la réduction du taux de cotisation en matière d’assurance maladie universelle (AMU) à 1% de salaire et 2% pour les employeurs, l’ouverture d’un dialogue social inclusif sur le sujet, la ratification du Protocole à la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples relatif aux droits des citoyens, à la protection sociale et à la sécurité sociale…

Related Posts

Leave a Comment

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00