« Nous faisons ce que nous pouvons. Et nous nous sacrifions pour ce Togo », dit Gérard Adja

La DMK croit-elle encore à une mobilisation populaire ? Voilà une des nombreuses questions qui ont été posées à ses responsables, en conférence de presse vendredi au CESAL sur la situation de Paul Missiagbeto, le Conseiller à la jeunesse du Président du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) interpellé depuis plusieurs mois et dont le procès est en cours et le délibéré est attendu le vendredi 27 août prochain. Le journaliste faisait le parallèle avec le 4e anniversaire du 19 août 2017 et les manifestations publiques d’ampleur initiées par Tikpi Atchadam et le Parti national panafricain (PNP), sur fond de critique tacite de la démarche de la Dynamique Mgr Kpodzro faite essentiellement de conférences de presse assorties de déclarations.

«Nous croyons que le peuple togolais est décidé à changer son histoire (…) Ne faites pas comme si ce sont les leaders qui vont changer le Togo. Nous faisons ce que nous pouvons. Et nous nous sacrifions pour ce Togo », a rétorqué Gérard Adja, le 1er Vice-président du MPDD et un des premiers responsables de la DMK, visiblement indisposé par la question. « Vous ne savez pas ce que nous vivons, ce qu’on nous fait vivre. Nous disons que c’est notre sacerdoce et nous y sommes », a ajouté l’adjoint direct d’Agbeyome Kodjo, qui n’a pas manqué d’inviter les journalistes à se retrouver dans le combat que mène la DMK, à se sentir partie du peuple : « Vous-mêmes les journalistes, lorsque vous allez poser des questions, considérez-vous comme étant de ce peuple (…) Je crois que nous tous nous sommes concernés (…) C’est l’affaire de nous tous, y compris même ceux du RPT/UNIR, parce qu’ils souffrent autant que nous ».


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *