Riz, pain, gaz domestique…Quelques chiffres officiels des subventions de l’Etat

L’Etat subventionne les produits pétroliers ; ça, on le sait déjà. Mais il le fait également pour la plupart des produits de grande consommation, comme le riz, le blé (pour le pain), le gaz domestique, afin que les prix soient supportables aux consommateurs finaux.

C’est ce qu’il nous a été donné d’apprendre, au cours de la conférence de presse animée hier par les ministres de la Communication et des Médias Prof Akodah Ayewouadan, du Commerce, de l’Industrie et de la Consommation locale Kodjo Adedze, et des Transports aériens, routiers et ferroviaires Affoh Atcha-Dedji, sur la hausse des prix des produits pétroliers où la problématique de la cherté de la vie et de l’inflation généralisée s’est invitée. Et des chiffres ont été donnés.

D’abord concernant le blé et le pain. « Il y a une subvention au consommateur sur le secteur farine de blé évaluée aujourd’hui à près de 7 milliards que l’Etat débourse pour que nous puissions avoir la baguette de pain au prix auquel nous l’avons », a indiqué Kodjo Adedze, au cours de cet exercice d’explication (sic) avec la presse.

Ensuite sur le riz. 5 milliards, c’est la subvention accordée au secteur, à l’en croire. «Je me suis amusé à calculer, ne serait-ce que pour l’année 2021, l’accompagnement pour que le riz ne grimpe pas : 5 milliards », a-t-il fait savoir, et de souligner le mécanisme par lequel cette subvention s’effectue : « L’Etat a décidé que pour le riz de grande consommation (…) que ce soit le riz local, l’engrais, c’est zéro droit là-dessus, pour permettre la production (…) Le riz importé de grande consommation, TVA 0% pour accompagner ».

Le gaz domestique bénéficie aussi de soutien de l’Etat pour revenir moins cher aux consommateurs, a relevé l’officiel, et de demander aux journalistes ayant des familles au Bénin, par exemple, de demander d’après (le prix de) la bouteille de 12,5 kg. « J’ai demandé à mes services de me dire la facture que j’enverrai à mon collègue des finances pour prendre le différentiel qui nous permet d’avoir la bouteille de 12,5 kg à 6500 au lieu de 9000 ou 10 000 ailleurs, on me tend le document, ça fait 11 milliards », a informé Kodjo Adedze. Le secteur des produits pétroliers de façon générale, faut-il le rappeler, aura nécessité une subvention de près de 100 milliards FCFA depuis 2018.

Loin d’être des dons de l’Etat, ces subventions viennent des contributions de tous les Togolais, donc contribuables. « Ces subventions proviennent de tous les Togolais », a indiqué le ministre, informant par ailleurs la presse de la volonté du gouvernement de réduire la taxe sur les véhicules à moteur (TVM) pour les véhicules de transport de marchandises et de passagers aussi. Une autre forme de subvention donc au secteur.

« Le Togo fait beaucoup, mais ne communique pas », a-t-il relevé. A chacun d’apprécier.


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *