Home Numérique Sécurité numérique : 43 jeunes hackeurs éthiques à la conquête du Graal du « Hackathon CEDEAO 2023 » à Lomé

Sécurité numérique : 43 jeunes hackeurs éthiques à la conquête du Graal du « Hackathon CEDEAO 2023 » à Lomé

by Le Tabloid

Le Togo abrite depuis ce lundi, et ce jusqu’à mercredi, la 2e édition du hackathon de la CEDEAO. Un rendez-vous des jeunes développeurs, entrepreneurs et innovateurs de la région ouest-africaine. Le coup d’envoi a été donné ce matin, au cours d’une cérémonie à l’Hôtel Sarakawa qui abrite la compétition.

« Chers participants, vous représentez l’avenir de la cybersécurité en Afrique de l’ouest et votre engagement à contribuer à la sécurité numérique de notre région mérite notre plus profonde admiration. Vous êtes les acteurs clefs de cette initiative. Votre expertise, votre créativité et votre détermination sont les moteurs qui nous permettront de résoudre les défis auxquels notre région est confrontée», a indiqué Tidjani Kassime, le secrétaire général du ministère de l’Economie numérique et de la Transformation digitale, lançant officiellement la compétition.

Table d’honneur au lancement

Hackathon CEDEAO 2023 qu’abrite Lomé, après l’édition précédente à Cotonou,  met aux prises quarante-trois (43) jeunes hackeurs éthiques, développeurs, entrepreneurs et spécialistes de la cyversécurité venant de onze (11) pays de l’espace dont le Benin, le Cap Vert, la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Ghana, le Liberia, le Nigeria, le Sénégal, la Sierra-Leone, le Togo et la Mauritanie. Durant 48 heures non-stop, ces participants seront soumis à des épreuves de toutes sortes et notés sur l’originalité, l’efficacité, la faisabilité technique et la pertinence des projets présentés.

Bras local de l’organisation de ce concours, en collaboration avec la Commission de la CEDEAO représentée à la cérémonie de lancement par Mme Folake Olagunju, le Cdt Gwaliba Gbota, directeur général de l’Agence nationale de cybersécurité (ANCy), donne une idée des épreuves : « Pendant 48 heures, ces jeunes vont être confrontés à des challenges. On peut leur demander de hacker, de façon éthique, le site Internet de la TVT par exemple, prendre le contrôle d’un serveur à distance, voler les données d’une entreprise, etc. ». Et d’ajouter : « S’ils arrivent à détecter des failles, des vulnérabilités, à pouvoir rentrer dans des réseaux informatiques, c’est qu’ils comprennent les modes opératoires que les cybercriminels utilisent pour pouvoir commettre ces actes de cybercriminalité. Et donc ils seront à même de lutter contre ces phénomènes ».

A l’issue des deux jours de compétition, les trois (03) meilleurs seront distingués et bénéficieront d’une enveloppe, mais également d’un accompagnement personnalisé pour finaliser et déployer leurs solutions, ainsi que d’un kit de certification, d’une visibilité médiatique et d’un accès à un réseau régional d’acteurs clés du numérique. Il est aussi prévu un prix spécial pour distinguer la meilleure femme qui se sera illustrée durant ce concours et inciter la gent féminine à s’intéresser à la thématique de la cybersécurité.

Le hackathon de la CEDEAO vise à mettre en œuvre les compétences des jeunes pour proposer des solutions innovantes aux défis de la cybersécurité auxquels est confrontée la région. Il se veut «une occasion unique de célébrer le génie créatif de jeunes ouest-africains, renforcer l’intégration régionale par le numérique, partager des connaissances, apprendre les uns des autres et collaborer à des solutions novatrices. Au-delà de la compétition, le hackathon est une plateforme pour renforcer les liens entre les acteurs de la technologie, les investisseurs, les partenaires et les décideurs politiques », a vanté Tidjani Kassim.

La team Togo

Cette compétition s’inscrit dans le cadre d’un projet, OCWAR-C, mis en œuvre depuis 2019 dans les divers pays par la CEDEAO, en partenariat avec l’Union Européenne, pour renforcer la cybersécurité et lutter contre la cybercriminalité dans l’espace CEDEAO et en Mauritanie. Il vise, à en croire sa coordinatrice, Mme Rabiyatou Bah Ly, l’amélioration de la résilience et de la robustesse des infrastructures d’information, de même que celle des capacités des parties prenantes en charge de la lutte contre la cybercriminalité ».

Dans la même dynamique, il est annoncé après ce hackathon, toujours à Lomé, l’organisation d’un symposium sur la cybersécurité de la CEDEAO, du 18 au 20 novembre. Il est censé permettre aux experts nationaux et internationaux de partager leurs connaissances, expériences et discuter des développements récents dans le domaine. Il sera aussi une plateforme d’échange sur les meilleures pratiques, de renforcement des partenariats et d’exploration des possibilités de coopération pour faire face aux défis croissants de la cybersécurité dans la région.

Les deux évènements, croient fermement les organisateurs, contribueront  à renforcer les capacités en matière de cybersécurité et promouvoir l’émergence de solutions innovantes pour faire face aux défis croissants de la cybersécurité dans l’espace CEDEAO.

Related Posts

Leave a Comment

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00