Home ActualitéSanté Togo: Ces gestes d’humanisme non médiatisés faits par le corps médical pour soigner des malades sans moyens

Togo: Ces gestes d’humanisme non médiatisés faits par le corps médical pour soigner des malades sans moyens

by Le Tabloid

Mauvais accueil, vol de médicaments…Ils sont parfois, à tort ou à raison, traités de tous les maux d’oiseaux. Les autorités préfèrent même se décharger sur eux et ainsi se débiner face à leurs propres responsabilités dont le non équipement adéquat des infrastructures sanitaires publiques. Mais à côté de ces plaintes sans doute légitimes des populations, le personnel soignant est parfois amené à poser, loin des yeux et des oreilles indiscrets, des gestes d’humanisme à l’endroit des malades dans les hôpitaux publics, comme cotiser pour soigner certains dépourvus de moyens.

« J’ai fait l’hôpital et il est arrivé plusieurs fois, chez même des confrères chirurgiens, on cotise pour payer des médicaments (pour soigner des malades, Ndlr). Moi je l’ai fait, plein de confrères le font ; on le fait de façon anonyme, parce qu’on ne parle pas et les gens ne savent pas ce que nous faisons. On voit des malades qui sont dans les rayons, les gens viennent les jeter (sic) et ils fuient, parce qu’ils n’ont pas de sou. Mais ce sont les petits internes qui cotisent 500 F chacun… ».

Ces propos sont un témoignag de Dr Georges TOKOFAI, le Président de l’Ordre national des chirurgiens dentistes du Togo (ONCDT). Il le faisait jeudi dernier, à l’occasion de la journée de réflexion organisée par le Syndicat national des praticiens hospitaliers du Togo (SYNPHOT) en collaboration avec les ordres, associations et syndicats de la santé sur les reproches formulés par les populations à l’endroit du corps médical. « Ce sont des choses qui se font (…), mais ce n’est pas médiatisé », a-t-il ajouté.

Présent à la rencontre, l’ancien Secrétaire du SYNPHOT et actuellement coordonnateur de plusieurs structures de la société civile dont le Front citoyen Togo Debout (FCTD), les Universités sociales du Togo (UST), le collectif Tournons La Page (TLP) Togo, Pr David Ekoué DOSSEH a renchéri : «Combien de fois n’avons-nous pas nous-mêmes sorti de l’argent (de nos poches, Ndlr) pour soigner des gens ? ». Le médecin engagé pour l’avènement de l’Etat de droit et le respect des droits humains au Togo a également levé le voile sur la partition des médecins, les démarches entreprises pour l’équipement du pavillon militaire au CHU Sylvanus Olympio.

« Si nous avons de l’équipement qui permet d’opérer les gens, ce n’est pas l’Etat, mais ce sont des médecins qui ont pris l’initiative de le négocier par rapport à des partenaires extérieurs. Si aujourd’hui nous avons la possibilité d’avoir un nouveau service d’urgence chirurgicale au CHU SO, je le dis encore, ce sont les médecins qui sont allés voir les sponsors » et tout s’est joué sur « la relation de confiance qu’il y a eu entre les médecins dont je ne veux pas citer les noms et les bailleurs d’une institution multinationale», a-t-il déclaré.

A côté de se décarcasser dans des formations sanitaires aux infrastructures vétustes et sans équipements adéquats pour soigner et donc sauver des vies, le personnel médical est donc parfois amené à mettre la main à la poche pour ce faire. Même si des brebis galeuses dans leur rang se rendent coupables de maux qui déteignent sur l’honneur de tout le corps, ces hommes et femmes méritent respect et considération, au-delà de tout ce qu’on peut bien leur reprocher.

Related Posts

Leave a Comment

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00