Home Diplomatie Un politique béninois accuse et égratigne le Togo dans la crise Bénin-Niger

Un politique béninois accuse et égratigne le Togo dans la crise Bénin-Niger

by Le Tabloid

Dans la crise politico-diplomatique à conséquences économiques entre le gouvernement béninois et la junte militaire du Niger, le Togo est négativement cité.
Tirant manifestement profit de la situation avec un détournement (sic) des opérations de transit des marchandises à destination du Niger qui passent désormais par le Port autonome de Lomé en lieu et place du Port de Cotonou, le Togo est carrément accusé, à tort ou à raison, de complaisance vis-à-vis du régime de Niamey dans ce bras de fer.
Intervenant jeudi dernier sur RFI au micro de Christophe Boisbouvier, Prof Théodore Holo, ancien ministre des Affaires étrangères et ex- Président de la Cour constitutionnelle du Bénin a décoché des flèches à l’endroit du Togo et trouve des explications à cette attitude des gouvernants togolais.
“…Vu la frontière fermée entre le Niger et le Bénin, une partie du trafic de marchandises en provenance ou à destination du Niger ne passe plus par le Bénin, mais par le Togo. Est-ce que, dès le mois d’août dernier, ce pays, le Togo, n’a pas adopté une attitude différente des autres pays de la Cédéao à l’égard du régime putschiste du Niger ?”, s’est enquis le journaliste. Et la réponse de son invité a été sans équivoque.
“Le Togo n’a pas la même adhésion aux valeurs de la Cédéao. Je voudrais rappeler que le Togo fait partie des pays qui refusent la limitation du nombre de mandats des présidents de la République, souhaitée par un projet de protocole au niveau de la Cédéao. [NDLR : depuis la révision constitutionnelle de 2019, ce n’est plus le cas]. Je voudrais rappeler que la Cédéao, en son temps, en 2005, avait également essayé de s’opposer à l’arrivée au pouvoir du président Faure Gnassingbé, ministre des Travaux publics (ministre de l’Équipement, des Mines et des Postes et Télécommunications, Ndlr), à la tête de l’État, alors qu’il était prévu dans la Constitution que ce soit le président de l’Assemblée nationale qui doive lui succéder, Fambaré Natchaba… Donc il y a cette frustration, certainement, qui explique cette attitude de complaisance vis-à-vis du Niger de la part du Togo”, a expliqué le juriste béninois.
Il voit même la manifestation d’un autre châtiment (sic) dans le cadre des traitements infligés par le régime de Cotonou à l’ancienne Garde des Sceaux au Bénin et entre-temps conseillère spéciale de Faure Gnassingbé, Reckya Madougou, accusée de complot terroriste et incarcérée depuis 2021.
“…Les interventions des présidents togolais, sénégalais, même ivoirien (pour sa libération) n’y ont rien fait. Il y a peut-être également cette frustration qui peut justifier ce coup que joue le Togo au Bénin, certainement.”, a répondu Prof Holo.
Voilà qui ne devrait pas rasséréner les rapports entre les régimes de Lomé et de Cotonou et leurs dirigeants respectifs, Faure Gnassingbé et Patrice Talon qui n’étaient déjà pas les meilleurs amis du monde, bien que voisins…

Related Posts

Leave a Comment

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00